Histoire

L’origine du nom du village reste incertaine... 

Jacobus Villae, Johanes Villae ou Jam, croisé de Saint Louis...

Mentionné pour la première fois au XIème siècle dans une donation faite à l’abbaye de Coulombs par Helvise, femme du comte Galéran de Meulan. Le fief de Jambville dépendait de la Seigneurie de Mézy.

La famille de Maussion possède la seigneurie après les Oinville au début du XVIème siècle. Anne Le Camus, dame d’honneur de Marie de Médicis et d’Anne d’Autriche, fait, au XVIIème siècle, une donation à l’église de Jambville.

Vendu ensuite à la famille d’Appoigny. Le Marquis du Tillet achète le château en 1765 le vend vers 1775 à Etienne-Thomas de Maussion, Maître des Requêtes de l’Hôtel du Roi, dernier intendant de la Généralité de Rouen. Il fut député aux Etats Généraux de 1789 et guillotiné le 6 ventôse An II, accusé d’avoir conspiré contre la sûreté de l’Etat. 

Le village comportait à cette époque 2 auberges, 2 fabriques de tuiles et de briques.

Le cimetière trop étroit derrière l’église est déplacé en 1886 au lieu-dit Les Sablons. 

Population

En 1790, 400 habitants En 1800, 397. En 1806, 408. En 1820, 389. En 1831,374 (épidémie de choléra). En 1841, 348. En 1851, 323.

Au recensement de 1861, Jambville comptait 103 maisons, 61 couvertes en tuiles ou ardoises, 42 en paille. 282 habitants dont 32 scolarisés. La chute démographique correspond à l’arrivée du chemin de fer. 

En 1872, 270 habitants. En 1881, 234. EN 1891, 276. En 1901, 292. En 1911,234. En 1921, 203. En 1931, 218. En 1936, 314. En 1946, 282. En 1954, 281. En 1962, 284. En 1975, 402. En 1982, 437. En 1990, 587.

Aujourd’hui, 782habitants.

La Croix Riblet

Le 27 novembre 1742 se marièrent Geneviève Leroy, veuve d’André Blaye, 42 ans, 5 enfants et François Riblet, 27 ans, meunier aux Noquets. Ils n’eurent pas d’enfants ensemble. ce sont leurs noms qu’on retrouve sur le socle en pierre de la Croix Riblet au carrefour de la route des Hédés.